Glace vanille

Glace vanille.
Vers mes sept ans, je m’enrhumais souvent, et toussotais comme beaucoup de mes congénères, je suppose. Mon teint faisait plus dans la pâleur que dans le rubicond, le verdict attribuait aux vers cet état. Ce petit doit avoir des vers disait-on. Les vers me valaient un remède inédit venant des grand-mères, et un remède scientifique venait de la Pharmacie. Le premier me faisait ingurgiter un mélange des cinq cuillères, une de lait, une de vin, une de sucre, une de vinaigre et une d’huile d’olive. Bien touillées, j’ouvrais la bouche le soir avant de me coucher. Je n’ai jamais trouvé mention de cette thérapie nulle part.
Présenté dans une petite bouteille très mince, à col allongé, le Chiarini, sirop vermifuge réputé ( il existe toujours,) avait bon goût. Quant à son efficacité pour mes vers….
il faut dire aussi que la purge mensuelle du jeudi, à l’huile de ricin, se révélait plus …concluante. La cuillère du réveil était suivie du bol de café au lait. Pour l’hiver, j’étais paré avec cette délicieuse huile de foi de morue, souveraine mais non raffinée ! Elle donnait son goût et odeur au petit déjeuner. La bouteille trouvait asile sur la fenêtre, dehors .
Nous avions un jeune docteur qui prenant la succession de son père, conseilla à mes parents de venir le voir à l’entrée des vacances.
Il habitait tout près de chez nous, sur l’Avenus de la gare d’Istres.
Au jour dit, je me trouvais coincé entre les genoux de cet homme de l’art pendant qu’un de ses acolyte m’entortillait d’un drap. Ouvre la bouche ! C’était bien la seule chose que je pouvais ouvrir, ligaturé dans ce drap. En deux temps trois mouvements, un davier prit place, et une sensation de coupage de tissus dans la gorge. Sans que je le sache, on venait de me supprimer les amygdales et pour faire bon poids, les végétations. Des trucs inutiles à l’époque !! Un peu choqué, je rentrais à la maison et me couchais illico avec le conseil de sucer de la glace. A cette époque la glace était surtout une gourmandise de différents parfums, le principal étant la vanille. J’en fis une cure.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *